L’aître fortifié de Bayonville sur Mad

Les enjeux liés à la présence d’un des plus beaux vignobles du secteur firent des envieux à l’époque carolingienne. Il fut décidé à la cour messine de donner la villa à Saint-Pierre-aux-Nonnains.
au départ propriété privée, Bayoncourt est devenu Bayonville lorsque le ban fut donné au clergé. Saint-Gorgon de Gorze conserva des biens dans le finage, et la nomination d’un duc de Haute-Lorraine à la fin du Xème siècle se traduisit par ‘amputation d’un « beau morceau » de vignoble local au profit des moines de l’abbaye belge d’Orval. Et, une fois que le duc, avoué de Saint-Pierre-aux-Nonnains, eut fait construire sur des terres de cette abbaye sa forteresse de Prény, une partie du village en dépendit directement.
Cette complexité de propriété fait de l’aître Saint-Julien un cas particulier du Val de Mad. Au Moyen-Age classique, l’aître a pris la forme du modèle madin, mais avec l’originalité d’avoir, à l’extrémité de l’aile droite, une maison seigneuriale que la tradition locale qualifia de « château à trois tours ». L’habitat s’est d’abord construit autour de la vigne, puis de l’aître.
Autour de l’église, si le cimetière latéral a disparu, les maisons et maisonnettes sont encore là sur plus de la moitié du « fer à cheval ». En 1826, la tour-clocher était encore équipée d’un hourd, supprimé ensuite car délabré et remplacé par l' »étage du beffroi » couvert d’ardoise.
Les plus puissants contreforts que possède toujours l’église attestent qu’elle n’a pas connu au XVIIIème siècle de réaménagements importants. Le maître-autel actuel supporte un tabernacle remarquable qui date des premières années du XVIIIème siècle.

https://tourisme-meurtheetmoselle.fr/fr/fugue,arts-et-patrimoine-cat-2000187a-proximite-de-luneville/aitre-fortifie-de-bayonville-sur-mad,837000654

De l’église du XIIème siècle ne subsiste que la tour romane, celle dans laquelle la population pouvait se réfugier en cas d’attaque en utilisant une échelle.